141snapshot_56f78df2_56fbe112

- T'as osé me giffler, Makoto ! On faisait pas de mal ! On a juste passé un bon après-midi et toi, tu débarques, remonté comme un réveil, et tu me sautes dessus sans AUCUNE raison ! Tu vas me demander pardon tout de suite ! Allez, j'attends tes excuses !
- C'est vrai ma douce, je me suis énervé, j'aurais pas dû.
- Ca non ! T'aurais pas dû !

142snapshot_56f78df2_b6fbe0ce

- Mais aussi, mets-toi à ma place. Je te retrouve en plein rendez-vous avec mon pote tout frais de ce matin, qu'est ce que tu voulais que j'en pense ?
- Depuis quand on te demande de penser Makoto ? Je te l'ai déjà dit, ça te vaut rien. Chaque fois que tu penses, tu penses tordu.
- Bon-ben... les enfants, je crois que je vais vous laisser, là.
- Non Adam, toi tu pars pas ! On est en plein rendez-vous, je voudrais pas que tu restes sur une mauvaise impression.
Ah, il m'avait giflée pour rien, l'abruti. Ben j'allais lui donner des raisons de m'en vouloir. Ca, je te garantis qu'il allait me le payer !

143snapshot_56f78df2_b6fbe184

- Tu viens, Adam ? On part en ville.
- Avec plaisir, chef ! Ca devient malsain par ici.

144snapshot_56f78df2_56fbe2ee

Je l'ai emmené au restaurant végétarien,  un des meilleurs établissements de la ville, où nous avons été reçus par LE maître d'hôtel en personne.
- Bonsoir, monsieur-dame. Vous avez réservé ?
- Heu... Non, c'était pas trop prévu. Mais si vous pouviez quand même nous donner une bonne table...
- Pour vous, madame, je veux bien faire une exception et vous placer à notre meilleure table. Ca ne peut qu'être bénéfique pour notre établissement. Votre beauté devrait attirer le client. Charmant, ce maître d'hôtel ! Moche, vieux, mais charmant !

145snapshot_56f78df2_36fbe3a7

- Je suis vraiment désolé, Gara. Je m'en veux d'avoir semé la zizanie dans ton ménage.
- T'en fais donc pas pour ça, Adam. Makoto, je le connais bien. Quand je rentrerai, il saura plus quoi faire pour se faire pardonner. Mais il a dépassé les bornes, t'es bien de mon avis ?
- C'est vrai qu'on faisait rien de mal. Ca doit pas marrant pour toi, d'être mariée avec un jaloux.
- A qui le dis-tu ?

146snapshot_56f78df2_f6fbe592

- Mais puisque que j'ai payé d'avance. Je vois pas pourquoi je me priverais d'avoir une petite aventure. T'en dis quoi, Adam ?
- De ?
- Heu... pardon mademoiz-madame, je cherche les toilettes. Sauriez pas où elles se cachent ?
- Au fond du jardin, à droite ! Pff, je te jure, ces vieux et leurs envies de pisser! Tu... tu veux peut-être y aller aussi, toi, Adam ?
- Ben... ce serait pas de refus.
- Ok, j'ai un peu tendance à oublier ton âge.

147snapshot_56f78df2_b6fbe68c

- Tu me rejoins dans la voiture, on va aller squatter ailleurs !
Comme il dirait: ça devient malsain par ici. Y a trop de vieux ! Et pas que des vieux intéressants. Quand je disais qu'ils ont le chic pour se pointer quand on les voudrait pas.

148snapshot_56f78df2_36fbe93b

On a fini la soirée dans un bistrot de Belladona où on risquait moins de faire de mauvaises rencontres.
- J'ai passé la meilleure soirée de toute ma vie, ma choute. Rapelle-moi surtout, rappelle-moi. J'attendrai ton appel jusqu'à ma mort, vissé au pied du téléphone.
- Jusqu'à ta mort ? Ne dis-donc pas n'importe quoi. J'espère bien qu'on se reverra avant.
- Si seulement, t'étais pas mariée. Toute ma vie, j'ai attendu de rencontrer une femme comme toi.
- Mariée ? Oh-mais c'est pas grave ça, Adam. Ca devrait pouvoir s'arranger.

149snapshot_56f78df2_16fbe989

On s'est quittés sur un tendre baiser et, pour la première fois depuis des siècles,
j'eus le sentiment qu'il s'en faudrait de peu pour que je retombe vraiment amoureuse.

150snapshot_56f78df2_b6fbea45

J'étais sur un petit nuage, en arrivant à la maison. Et là... je repris brûtalement contact avec la dure réalité : Pour la première fois depuis notre rencontre, Makoto n'avait pas débarrassé la table !

151snapshot_56f78df2_36fbeaec

Mieux que ça ! Il avait fermé la porte de notre chambre à clé. Mais s'il se figurait que j'allais le supplier de l'ouvrir, il se fourrait le doigt dans l'oeil jusqu'à l'épaule. Ca me tuerait pas de passer la nuit sur mon canapé à 770$ en attendant de lui rendre la monnaie de sa pièce.

152snapshot_56f78df2_f6fbebaa

J'ai été réveillée en sursaut par Makoto qui se préparait une petite salade de gésiers, en pleine nuit, en faisant un bruit de gamelles infernal de surcroît. Pouvait pas se faire crâmer un plateau télé tout prêt, le vieux débris ?

153snapshot_56f78df2_d6fbec06

Et puis tu crois qu'il m'aurait attendue pour passer à table ?
- Ah-ben, sympa, le réveil ! Tu pouvais pas faire un peu plus de bruit ?
- Groumf, groumf
- Makoto ! Je te cause ! Et puis ça te prend souvent, de fermer la porte à clé ? Je t'avertis que j'ai pas l'intention de passer toutes mes nuits sur le canapé. Si tu veux absolument faire chambre à part, moi j'y vois pas d'inconvénient. Mais tu me laisses le lit et TOI tu dors sur le canapé !

154snapshot_56f78df2_f6fbec14

Et là, vous savez ce qu'il me sort ? J'y crois pas !
- Parce que tu crois être encore en position de me donner des ordres ? A partir de maintenant, Si y en a un qui donne des ordres, c'est moi ! Et t'as intérêt à filer doux, ma petite ! J'y aurai mis le temps, mais je vois enfin clair dans ton jeu !

155snapshot_56f78df2_b6fbec26

In-croy-able !
Mais le pire, c'est qu'il avait bien vu clair, le bigleux.
- Dire que j'étais assez bête pour penser qu'avec le temps tu finirais bien par m'aimer. Mais j'ai tout compris : Y a que mon fric qui t'intéresse et la seule chose qui te retient c'est l'idée de l'héritage ! T'es là, comme un vautour autour de ma vieille carcasse en attendant que je crève. Maintenant t'as le choix : Soit tu reprends ta liberté en faisant une croix sur le pactole, soit tu restes et t'as encore une chance, -minime, je te le cache pas-, de me faire oublier tout ça. Mais je te préviens : Je tolèrerai plus le moindre écart. A partir d'aujourd'hui, plus de sorties ! Tu t'occuperas du ménage et de la vaisselle comme doit le faire une épouse attentionnée. Tu me mitonneras de bons petits plats. Finies pour moi, les pâtisseries cramées !

156snapshot_56f78df2_76fbed03

- Quant-à ce faux-frère d'Adam Rétignol, tu peux le prévenir : Qu'il se repointe PLUS JAMAIS ! Et je voudrai pas savoir si vous faites rien de mal ou rien de bien. Je t'en tiendrai pour responsable ! Tu m'as bien compris ? Res-pon-sable !

157

Je me serais reçu un satellite sur la tête, que ça n'aurait pas été pire. Toutes ces journées où j'avais tout supporté : ses ronflements, sa jalousie, sa... bon, d'accord, j'avais pas grand chose à lui reprocher à part son âge. Mais échouer comme ça, si près du but alors qu'il avait passé les 69 ans et que s'il mourait maintenant, il me considèrerait comme son ennemie et qu'il me déshériterait, c'était... non, c'était pas envisageable. Me restait plus qu'à le choyer, le dorloter, lui faire oublier mes incartades et espérer qu'il mourrait heureux en bénissant le ciel de m'avoir eue pour épouse. Pourvu qu'il vive encore assez lontemps. Qu'on redevienne amis, -à défaut d'être amants-, et qu'il révise ses dispositions pour l'héritage.

158snapshot_56f78df2_f6fbed14

- Oh, mon Koto, si tu savais comme je regrette ! C'est vrai, j'ai pas toujours été très gentille avec toi...
- C'est déjà beau de le reconnaître
- J'étais folle de pas me rendre compte de la chance que j'avais. T'as toujours été un si bon mari, si prévenant, si attentionné, si... (si quoi ?) ... si beau !
- N'en rajoute pas, tu veux !
- Mais-si, Makoto, pour ton âge, -et pour avoir cherché longtemps mieux, mais ça j'allais pas l'avouer- t'es encore très bien, je t'assure !
- Mouaif... admettons !

159snapshot_56f78df2_76fbec54

Et Adam qui se doute pas du drame qui se déroule à la maison et qui vient me déposer mon premier vrai beau cadeau de rendez-vous. Quand je disais qu'il était pas comme les autres, celui-là. Heureusement que Makoto l'a pas vu, et pour la télé... on lui dira que j'avais passé commande aux 3Sims.